Switzerland

Cela s'est passé un 5 avril: Lugano remporte le titre à Ambri

Le Tessin en folie scindé en deux: Bianconero (Lugano) ou Biancoblu (Ambri). Chaque habitant, jusque dans les vallées les plus reculées, avait choisi son camp, se souviennent ceux qui avaient vécu cette finale de l’intérieur. Des drapeaux et les couleurs des deux clubs tessinois un peu partout: aux fenêtres des maisons, sur les balcons, sur les voitures. Une finale inédite, historique. La finale de la passion et des émotions.

Avant le début de cette finale historique, le quotidien «24 Heures» écrivait d’ailleurs ce qui suit: «À partir de samedi, le Tessin ne sera plus qu’un, mais deux cantons. Et seul un athée aurait l’indécence de les aimer tous les deux. Ne le dérangez plus, le Tessin est en train de prier.»

Champion avec Lugano, Geoffrey Vauclair se rappelle d’une phrase lancée par le coach d’Ambri, Larry Huras, en marge de la finale. «Il avait dit: «Maintenant, on peut fermer le Gotthard. Le Tessin va jouer sa finale.» Je m’en souviendrai toujours, rigole le Jurassien. Le canton était scindé en deux: bianconeri ou biancoblu, et les gens étaient tellement fiers d’afficher leurs couleurs et leur appartenance.»

Premier au terme de la saison régulière, Ambri partait favori. Le monde à l’envers si l’on connait le rapport de force la plupart du temps inversé entre le club des «pauvres» (Ambri) et celui des «riches» (Lugano). «Ambri avait une équipe de folie avec les Petrov, Di Pietro, Fritsche et compagnie», se rappelle Geoffrey Vauclair. Lugano était bien armé aussi, avec un «extraterrestre» - dixit Larry Huras – devant les filets: Cristobal Huet.

Le gardien Cristobal Huet et le capitaine Peter Andersson.

Jean-Jacques Aeschlimann, joueur du HC Lugano à l’époque, a parfaitement illustré à quel point les fans étaient prêts à tout pour aider leur équipe à gagner. «J’avais encore mon numéro de téléphone dans l’annuaire téléphonique, le fameux bottin que tout le monde recevait à la maison. Évidemment, pendant la finale, mon téléphone a sonné chaque nuit…»

L’attaquant d’Ambri Mattia Baldi avait quant à lui raconté au «Corriere del Ticino», l’an dernier à l’occasion des 20 ans de la finale tessinoise, à quel point l’énergie du public lui avait donné le sentiment d’être invincible, même s’il s’était retrouvé dans le camp des vaincus au soir du 5 avril. «J’avais 21 ans. Lorsque je sortais de chez moi, je me sentais comme un samouraï. Comme un héros. Les gens nous donnaient l’impression que le sort de l’humanité reposait sur nos épaules. C’était grisant.»

Geoffrey Vauclair, héros du 5 avril

Le 5 avril 1999, anniversaire de la cinquième manche décisive, a forcément été un jour particulier, après que la tension soit montée de manière vertigineuse au fil des quatre premiers actes de la finale tessinoise. Lugano menait 3-1 dans la série et se retrouvait à une victoire du titre, le premier depuis huit ans. «Je m’étais levé à 6 heures du matin ce jour-là. Il y avait quelque chose de spécial dans l’air, j’étais incapable de me rendormir», avait raconté Misko Antisin. Le Canado-Suisse avait fait basculer la finale en faveur de Lugano après avoir marqué un but du milieu de la patinoire à Pauli Jaks lors de l’acte III à Ambri.

L'article du quotidien «24 Heures».

Geoffrey Vauclair, auteur du 1-0 à la 23e minute lors de la manche décisive remportée 3-1 à la Valascia par les Bianconeri, en a encore la chair de poule. C'est lui qui avait mis Lugano sur orbite. «C’était le plus beau moment de ma carrière, explique le Jurassien. C’était indescriptible, inimaginable. On ne peut pas faire mieux que ça, une finale Lugano - Ambri. D’ailleurs, lorsque je vais au Tessin, les gens m’en parlent encore. Ils m’arrêtent dans la rue pour me rappeler que j’avais marqué ce but du 1-0.»

«Pendant toute la série, les gens étaient hystériques, certains étaient comme en transe, poursuit Geoffrey Vauclair, champion aux côtés de son frère Julien. Franchement, c’était de la folie.»

Régis Fuchs avait mis fin au suspense en marquant le but de la sécurité, le 1-3, dans la cage vide à 18 secondes de la fin.

Les Jurassiens Julien et Geoffrey Vauclair (à gauche) remportent leur premier titre de champion de Suisse.

La fête qui a suivi le titre a été mémorable, même si les Luganais ont dû patienter deux bonnes heures avant de pouvoir ressortir de la Valascia et rentrer à Lugano pour fêter le titre avec les milliers de supporters qui les attendaient à la Resega. Même Jean-Jacques Aeschlimann, l’exemple même du professionnalisme, s’était lâché. «J’étais quelqu’un de sérieux et très pro, mais là, j’ai passé une semaine à faire la fête sans interruption», nous a avoué l’ancien international.

La première page du quotidien «Le Matin» à l'époque.

Les cinq manches historiques:

Acte 1: Ambri – Lugano 2-3 tab

Acte 2: Lugano – Ambri 3-5

Acte 3: Ambri – Lugano 2-3 ap

Acte 4: Lugano – Ambri 4-0

Acte 5: Ambri – Lugano 1-3

Lugano:

Gardiens: Cristobal Huet (France), Lars Weibel.

Défenseurs: Peter Andersson (Suède), Sandro Bertaggia, Mark Astley, Rick Tschumi, Gaëtan Voisard, Julien Vauclair, Reto Ziegler, Marc Tschudy.

Attaquants: Gaetano Orlando (Italie), Trevor Meier, Régis Fuchs, Gian-Marco Crameri, Patrick Fischer, Marcel Jenni, Jean-Jacques Aeschlimann, Andy Näser, Geoffrey Vauclair, Misko Antisin, Keith Fair, Andre Doll, Igor Fedulov (Russie), Bill McDougall (Canada), Gilbert Flüeler.

Entraîneur: Jim Koleff. Assistants: Serge Pelletier, Enio Sacilotto.

Ambri:

Gardiens: Pauli Jaks, Peter Martin.

Défenseurs: Leif Rohlin (Suède), Fredy Bobillier, Tiziano Gianini, Edgar Salis, Ivan Gazzaroli, Bruno Steck, Oliver Tschanz, John Gobbi.

Attaquants: Paul Di Pietro (Canada), Oleg Petrov (Russie), Manuele Celio, Mattia Baldi, Luca Cereda, Franz Steffen, Alain Demuth, Vjieran Ivankovic, Theo Wittmann, Ryan Gardner, Thomas Ziegler, John Fritsche, Krister Cantoni, Philipp Lüber, Paolo Duca.

Entraîneur: Larry Huras. Assistants: Ted Snell, Rotislav Cada.

Football news:

Gerardo Martino: das Jahr in Barcelona war das Schlimmste meiner Karriere
Tausende Zoom-Zuschauer in Dänemark – die beste Performance des Neustarts. Aarhus freundete sich mit dem Service an, baute die Tribünen neu auf und fügte ordentlich offline hinzu
La Liga hat den 11.Juni als Termin für die saisonverlängerung mit dem höchsten sportlichen Vorstand Spaniens vereinbart
Liverpool will in den nächsten Tagen den Werner-deal schließen
Brendan Rogers und seine Frau erkrankten an einem Coronavirus
Die UEFA hat noch keine Entscheidung über die übertragung der Europapokal-Finals und über das Format Ihrer Fertigstellung getroffen
Dimitar Berbatov: Coutinho braucht Manchester United nicht. Brunu ist ihm sehr ähnlich, also wäre es sinnlos