Switzerland

Canada: Les avocats de Meng Wanzhou contestent la version américaine

Meng Wanzhou, cadre de Huawei, avait été arrêtée en 2018 au Canada sur demande de Washington, qui l’accuse d’avoir contourné les sanctions contre l’Iran.

Les avocats de la directrice financière de Huawei ont abordé lundi à Vancouver la dernière phase de la procédure d’extradition de leur cliente en s’attaquant au cœur des accusations des États-Unis: ils ont démenti qu’elle ait menti à HSBC sur les activités du groupe chinois en Iran. Meng Wanzhou, 49 ans, avait été arrêtée fin 2018 à l’aéroport de Vancouver à la demande des États-Unis, qui l’accusent d’avoir contourné les sanctions américaines contre l’Iran et veulent la juger pour fraude bancaire.

Washington accuse plus précisément Meng Wanzhou d’avoir menti à un cadre de la banque HSBC, lors d’un exposé qu’elle avait fait en 2013 à Hong Kong, sur les liens entre Huawei et une filiale baptisée Skycom qui vendait des équipements de télécoms à l’Iran, exposant la banque à des sanctions américaines. L’intéressée a toujours nié ces accusations.

HSBC «savait parfaitement»

Dès la première journée d’audience, les avocats de Meng Wanzhou ont affirmé que HSBC «savait parfaitement» en 2013 que Huawei était propriétaire de Skycom, puis contrôlait la société à qui elle avait cédé ses parts en 2007, Canicula. «La banque savait que Skycom avait vendu ses actions à Canicula et la banque savait que Huawei contrôlait le compte bancaire de Canicula», a assuré l’un d’eux, Frank Addario.

Selon lui, les affirmations de la justice américaine selon lesquelles Meng Wanzhou a cherché à induire en erreur son interlocuteur en essayant de «cacher quelque chose sur cette relation» entre Skycom et Huawei, sont «trompeuses et pas dignes de confiance».

Pour appuyer sa défense, Huawei a tenté le mois dernier d’avoir accès à des documents internes à HSBC, notamment une copie de la présentation de Meng Wanzhou au cœur de la procédure. Mais un tribunal britannique a rejeté la demande du groupe chinois mi-février. Le représentant du ministère public canadien, Robert Frater, a pour sa part écarté les arguments de la défense, estimant qu’ils relevaient d’un procès pénal, où des versions contradictoires sont présentées, et non d’une simple procédure d’extradition.

Soutien de Joe Biden

La défense devrait aussi plaider cette semaine que l’ancien président américain Donald Trump a «empoisonné» la procédure en affirmant fin 2018 qu’il n’hésiterait pas à intervenir dans le dossier contre Meng Wanzhou si cela permettait d’obtenir des concessions commerciales de la Chine.

Des allégations que les avocats du procureur général du Canada avaient demandé au juge de rejeter, avançant que ces déclarations ont été prononcées par «un président qui n’est plus en poste, à propos d’une éventuelle intervention qui, dans cette affaire, n’a jamais eu lieu».

L’affaire a entraîné une crise diplomatique sans précédent entre la Chine et le Canada, dont elle est le deuxième partenaire commercial après les États-Unis, et ces audiences interviennent dans une période particulièrement tendue entre les deux pays. La semaine dernière, le président américain Joe Biden a publiquement apporté son soutien au Canada pour exiger la libération de deux Canadiens arrêtés en Chine une dizaine de jours après l’interpellation de Meng Wanzhou.

Fureur de Pékin

Deux autres initiatives canadiennes ont provoqué la fureur de Pékin. Ottawa a lancé en février une déclaration signée par une soixantaine de pays dénonçant les détentions arbitraires d’étrangers comme moyen de pression diplomatique. Les députés canadiens ont également adopté une motion non contraignante assimilant le traitement réservé par la Chine à sa minorité ouïghoure à «un génocide», qualifiée de «provocation malveillante» par Pékin.

Quelques jours après l’interpellation de Meng Wanzhou à Vancouver, où elle vit depuis en résidence surveillée, l’ex-diplomate canadien Michael Kovrig et son compatriote, le consultant Michael Spavor, avaient été arrêtés en Chine et accusés d’espionnage.

Pour le Canada, soutenu par de nombreux pays occidentaux, les deux Canadiens sont détenus de façon «arbitraire», en représailles à l’arrestation de Meng Wanzhou, ce que Pékin dément. Les audiences, suspendues mardi, reprendront mercredi et doivent se terminer à la mi-mai. En cas d’appel, la procédure pourrait durer encore plusieurs années.

AFP

Football news:

Borussia Dortmund kann Boateng einladen. Verteidiger Jerome Boateng wird den FC Bayern im Sommer im Transferfenster verlassen. Ein Fußballer, der ein freier Agent sein wird, kann bei Borussia Dortmund mitmachen. Wie behauptet Sportbuzzer.De Bei Dortmund denkt man darüber nach, einen Vertrag mit dem 32-jährigen Verteidiger zu unterschreiben. Wenn ein solcher Deal stattfindet, muss Boateng auf eine deutliche Gehaltsminderung verzichten. Beim FC Bayern bekommt er rund 12 Millionen Euro im Jahr. Die Borussia will die Zahl der erfahrenen Spieler mit Führungsqualitäten im Kader erhöhen. Angesichts der Lage der Mannschaft in der Bundesliga-Tabelle kann der Klub nicht mit teuren Transfers rechnen, denn der Einzug von Borussia Dortmund in die Champions League ist derzeit fraglich
Robert Lewandowski: Holand könnte der beste Stürmer der Welt sein. Bayern-Stürmer Robert Lewandowski hat über den Stürmer von Borussia Dortmund, Erling Holanda, großes Potenzial
Die entscheidende Clásico-Frage lautet: Wer wird Ballbesitz haben? Davon hängt direkt die Wirksamkeit von Messi
Stars und Klubs boykottieren soziale Netzwerke wegen Rassismus: Henri und Swansea-schon, Tottenham droht nur mit modernen Problemen
Albert Ferrer: Die Trophäen für Barça sind in dieser Saison nicht das Wichtigste. Koeman hat eine beeindruckende Arbeit geleistet, er baut das Projekt
Сульшер über 1:6 Ort: Manchester United fiel auf den Trick und habe löschen. Wir haben gelernt, dass man auf nichts reagieren kann
Piqué kann mit Real Madrid auf Sticheleien spielen. Barcelona-Verteidiger Gerard Piqué kann mit Real Madrid in der 30.Runde der Champions League spielen. Nach As-Informationen hat sich der Spanier gestern Abend einen Stich ins Knie zugezogen, damit er am Clásico teilnehmen kann. Ärzte haben bestätigt, dass solches Verfahren die einzige Chance von Piqué ist, auf das Feld zu kommen, weil während des Spiels der Schmerz, den der Fußballer erfährt, ihm nicht erlauben wird, auf dem Maximum zu handeln