Switzerland

Bélarus: Marche d’opposition après l’investiture de Loukachenko

Dimanche, l’opposition au président en place manifestait une nouvelle fois dans la rue, au Bélarus.

Une Suissesse ayant également la nationalité biélorusse a été interpellée lors d'une manifestation contre le pouvoir en place. (Samedi 26 septembre 2020)

Une Suissesse ayant également la nationalité biélorusse a été interpellée lors d'une manifestation contre le pouvoir en place. (Samedi 26 septembre 2020)

Keystone

Près de 150 manifestants ont été interpellés lors de nouvelles manifestations après la prestation de serment d'Alexandre Loukachenko. (Mercredi 23 septembre 2020)

Près de 150 manifestants ont été interpellés lors de nouvelles manifestations après la prestation de serment d'Alexandre Loukachenko. (Mercredi 23 septembre 2020)

KEYSTONE

1 / 37

Le mouvement d’opposition a commencé à se rassembler dimanche dans la capitale bélarusse contre le président Alexandre Loukachenko, qui a prêté serment de manière inattendue cette semaine, en dépit d’un mouvement de contestation sans précédent depuis des semaines.

Alexandre Loukachenko est confronté depuis la présidentielle du 9 août à une contestation inédite, des dizaines de milliers de personnes sortant dans la rue chaque dimanche à Minsk pour dénoncer sa réélection jugée frauduleuse, et cela malgré la répression du mouvement.

Le début des rassemblements de dimanche était prévu à 14 heures (13 heures heure suisse) et les autorités ont indiqué avoir procédé à des arrestations avant cela.

Blindés déployés

Dans le centre de Minsk, plusieurs stations de métro ont été fermées en prévision de la marche, ont indiqué des journalistes de l’AFP, et le Palais de l’Indépendance, où siège Alexandre Loukachenko et où des rassemblements massifs ont convergé dernièrement, était hérissé de barrières et lourdement gardé par la police anti-émeutes.

Sur les réseaux sociaux, de vidéos circulaient dans la matinée montrant le déploiement de véhicules blindés dans les rues de la capitale, ainsi que des canons à eau, utilisés pour la première fois cette semaine pour disperser des manifestants suite à l’investiture du président.

Plusieurs places centrales et centres commerciaux où des manifestants se sont réfugiés par le passé ont également été fermés. «Nous sommes des millions», a affirmé la rivale d’Alexandre Loukachenko, Svetlana Tikhanovskaïa, dans un message publié dimanche sur les réseaux sociaux pour soutenir les manifestants, «nous allons gagner».

Samedi, les Bélarusses étaient déjà descendus dans la rue.

Samedi, les Bélarusses étaient déjà descendus dans la rue.

Keystone

Arrestations massives

Dès samedi, les autorités ont procédé à quelque 150 arrestations, essentiellement de femmes rassemblées pour protester contre le régime présidentiel, ainsi que de journalistes. Samedi, certaines manifestantes brandissaient des portraits de Svetlana Tikhanovskaïa, tandis que d’autres scandaient «Sveta, présidente», en référence à la figure de l’opposition de 38 ans. Réfugiée en Lituanie, cette dernière revendique la victoire lors de l’élection, après une campagne électorale lors de laquelle cette novice en politique avait galvanisé les foules.

Alexandre Loukachenko a pour sa part prêté serment mercredi cette semaine pour un sixième mandat, provoquant de nouvelles manifestations le jour même. La cérémonie au palais présidentielle n’avait pas été annoncée et s’est déroulée en catimini. «Cette prétendue investiture est évidemment une farce», avait dénoncé Svetlana Tikhanovskaïa.

«Loukachenko doit partir»

Le gouvernement allemand a jugé que «le secret» entourant la cérémonie d’investiture était «révélateur» des faiblesses du régime et que faute de «légitimité démocratique», Berlin ne reconnaissait pas la réélection d’Alexandre Loukachenko.

Le président français Emmanuel Macron doit effectuer pour sa part de lundi à mercredi sa première visite en Lituanie et en Lettonie, deux États baltes qui espèrent son appui face à la crise politique au Belarus voisin et aux pressions russes.

L’UE a indiqué ne pas reconnaître la légitimité d’Alexandre Loukachenko, tout comme l’Allemagne et les États-Unis. «Ce qui se passe en Biélorussie, c’est une crise de pouvoir, un pouvoir autoritaire qui n’arrive pas à accepter la logique de la démocratie et qui s’accroche par la force. Il est clair que Loukachenko doit partir», a déclaré pour sa part Emmanuel Macron dimanche dans un entretien au Journal du dimanche (JDD).

Loukachenko accuse les Occidentaux

Alexandre Loukachenko, qui accuse les Occidentaux d’avoir fomenté la protestation, a promis une vague réforme constitutionnelle pour répondre à cette crise politique mais il a exclu tout dialogue avec les détracteurs du régime qu’il pilote depuis 1994. Il a demandé l’aide de son homologue russe Vladimir Poutine, qui a promis un soutien sécuritaire à Minsk si nécessaire et promis au Bélarus un prêt de 1,5 milliard de dollars.

Le régime bélarusse a emprisonné de nombreux cadres du Conseil de coordination de l’opposition crée par Svetlana Tikhanovskaïa. D’autres ont dû fuir leur pays. Maria Kolesnikova, l’un de ses alliés de premier plan, est emprisonnée et accusée d’avoir porté atteinte à la sécurité nationale.

AFP/NXP

Football news:

Lautaro Martinez: Messi ist der beste der Welt. Er ist den anderen immer einen Schritt Voraus: Inter-Stürmer Lautaro Martínez hat sich über Barcelonas Stürmer Lionel Messi sehr geäußert
Das Atlético-Stadion wurde im Rahmen der Aktion gegen Brustkrebs rosa gefärbt
Frank Lampard: in der Champions League ist nichts einfach so gegeben. Es ist eine großartige Plattform, um den neuen Chelsea-Trainer Frank Lampard vor dem anstehenden Champions-League-Spiel gegen den FC Sevilla zu lernen
Ronaldo kam nicht in die Bewerbung von Juve für das Spiel mit Dynamo Kiew
Brune über die Rolle des Kapitäns: nicht erwartet. Morgen geht es nicht um mich, sondern um die Mannschaft. Jeder sollte der Anführer sein
Ronaldo, Müller, Van Basten, Bergkamp und Cruyff - unter den Nominierten für den Titel des besten Frontlinie in der Geschichte (France Football)
Die UEFA kann die Champions League ab der Saison 2024/25 auf 36 Mannschaften ausweiten. Jeder Klub wird 10 Spiele in der Gruppenphase spielen