logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Switzerland

Bataille en vue autour du contrat d’Olga

Olga Sevastianova mène deux combats de front. L'artiste patineuse hospitalisée après une chute en amont des JOJ, sur la glace de la Vaudoise aréna, lutte médicalement mais aussi juridiquement. Dans un entretien accordé samedi à «24heures», à la question de savoir qui assumerait ses importants frais médicaux, elle répondait que «la prise en charge financière finale reste en suspens».

Pour le show qu'elle devait réaliser lors de la cérémonie d'ouverture des JOJ et pour les répétitions lors desquelles elle a chuté, la jeune Russe était contractuellement liée à la société d'événementiel Art on Ice AG. Contactée, l'entreprise confirme et ajoute que le contrat englobe «l'artiste, l'infrastructure telle que le moteur et le service correspondant, soit l'opérateur». Pour rappel, au moment de sa chute, Olga Sevastianova était tractée en l'air par un système constitué d'un anneau en métal relié par un câble à un moteur fixé au plafond de la patinoire.

Art on Ice AG indique en revanche que ce contrat «stipulait que l'artiste était responsable de sa propre assurance accident». Une mention qui fait sursauter l'avocate de la patineuse: «Je suis très surprise de cette déclaration. Comme déjà déploré par ma cliente, les différents intervenants impliqués dans l'organisation de la cérémonie d’ouverture des JOJ sont en train de se renvoyer la balle et désormais ils accusent ma mandante d'être responsable de la situation dans laquelle elle se trouve. Tout cela est aussi choquant que déplacé.» Pour elle, l'argument d'Art on Ice AG «n'a aucune portée, car c'est à l'employeur d'assumer l'assurance accident de ses employés. Il ne peut pas se défausser de cette responsabilité sur la partie faible.» Un désaccord qui pourrait se régler devant les tribunaux, même si aucune procédure n'est ouverte à ce stade, à l'exception de l'enquête pénale du Ministère public relative à l'accident lui-même.

Alors que l'appel aux dons lancé sur Gofundme.com a déjà permis de récolter 32'000 euros, Art on Ice AG précise avoir «soutenu la famille d'Olga de la meilleure façon possible et dans la mesure des possibilités, par des frais d’hôtel, de vol et de nourriture». «Art on Ice a effectivement payé une partie des frais de l’hôtel et le billet aller-retour de Genève à Saint-Pétersbourg pour que je puisse ramener notre fille de 4ans chez ses grands-parents, confirme Sergey Sevastianov, mari de la victime. Toutefois, cette prise en charge n’était pas claire au début. Pour sa prestation, mon épouse devait recevoir un salaire de 1'500 francs. Ce montant m’a été remis en mains propres après l'accident. Quelques jours plus tard, Art on Ice a néanmoins indiqué que ces 1'500 francs ont été donnés à titre d’avance, puisque la prestation n’a finalement pas eu lieu et que le paiement du salaire non dû était sujet à approbation par le CIO. La société m’a demandé si je pouvais payer les frais d'hôtel au moyen de cette somme. Ce n’est qu’après discussion qu’Art on Ice a finalement réglé les frais d’hôtel.»

Themes
ICO