Switzerland

Aux Bains des Pâquis, après la fin du monde

Il y avait foule jeudi soir au milieu de la rade pour écouter le duo Bandit Voyage. Notre reportage en chair et en os au bord de l’eau, un petit rouge à la main.

Genève, jeudi 2 juillet, Bains des Pâquis: Robin Girod et Anissa Cadelli, alias Bandit Voyage, jouent devant un public «en présentiel»

Genève, jeudi 2 juillet, Bains des Pâquis: Robin Girod et Anissa Cadelli, alias Bandit Voyage, jouent devant un public «en présentiel»

Laurent Guiraud/ Tamedia

Il faudra s’annoncer à l’entrée? Et même donner son nom. On doit venir avant l’heure? C’est presque mieux, suggère le responsable. Foi de journaliste, s’il faut montrer patte blanche, on le fera. Écouter un concert en vrai, «en présentiel» comme on dit pour le travail, on le fera. Ce n’est pas tous les jours – ou plutôt: ce n’était plus tous les jours qu’on pouvait le soir aller voir des musiciens en chair et en os, avec un petit verre de rouge à la main. Et en bonne compagnie, s’il vous plaît. Avec du monde autour de soi, pour dire simplement.

Alors la rade, jeudi 2 juillet au soir, que c’est beau vu des Bains des Pâquis! À droite au loin, les hôtels bourgeois. À gauche, à peu près la même chose. En face, l’île Rousseau avec sa touffe d’arbres. Et au milieu, un concert.

Les cris de la foulque

«Danser! Oh! Se branler! Oh!» Anissa Cadelli et Robin Girod font Bandit Voyage, duo genevois de chanson rock en pleine ascension. Le marché hexagonal des indépendants leur promet un bel avenir. Les Bains les invitent pour la première fois. Voilà deux drôles maniant basse, guitare et boîte à rythmes dans un semblant de chacha traversé de riffs punchy. Anissa chante, Robin lui répond. Ensemble, cela fait un curieux duo aux accents aigres-doux. La scène est installée sur une plateforme en bois, au centre du bassin. Le public campe sur le béton devant les cabines. Dix mètres environ séparent les auditeurs des musiciens. Avec l’eau entre les deux, ç’aurait pu finir en catastrophe acoustique. Mais le son est bon. Et la vue excellente.

À présent, la boîte à rythme tape huit doubles croches à vive allure. «J’ai tout fait pour que tu reviennes, oh! J’ai tout fait…» Bandit Voyage, c’est un quelque chose de brinquebalant qui ne manque pas d’air. Le charme tient-il au timbre boudeur, aux vocalises glapissantes d’Anissa Cadelli? À cet allant latin rock doucereux et dansant? En tout cas, ça plaît. Droit dans la mode «indie» de 2020, plus diversifiée, plus bonnarde, et plus chic en somme que le mainstream. Sur la chanson «Rivière de larmes», le cri d’une foulque s’autorise un contrepoint.

On veille, on vérifie, on s’informe des derniers cas de Covid-19. Tant qu’il n’y en a pas, on vit! Même pour un mois.

Frédéric Favre, président de l’Associations des usagers des Bains des Pâquis

Bandit Voyage que l’on retrouvera le 16 juillet à l’Orangerie. Les Bains des Pâquis, dont on attend les Aubes pour tout le mois d’août. L’Orangerie, qui ouvrait ce même jeudi soir. Le parc Beaulieu encore avec l’AMR en goguette. Voilà déjà trois spots incontournables pour l’été qui commence. Pour le public en quête de bonne musique d’une part – les Aubes annoncent entre autres Aurélie Emery, Arthur Hnatek, Pierre Omer & The Nightcruisers, également le Marc Perrenoud Trio, Eklekto et l’Ensemble Contrechamps. Et pour les artistes aussi. Avec pareilles programmations, les associations que voici se font les promoteurs de la scène locale. De ce point de vue, rien à envier à la Ville de Genève avec ses concerts et son appel à projets.

Oh, douce nuit

Vu du bar, ça bavarde trop pour qu’on y entende bien. Est-ce grave? Pas pour les noctambules, en tee-shirt, en robe légère, petit monde sapé cool, comme le duo sur scène (chemises colorées pour elle et lui). Tous heureux de prendre leurs distances avec les quais, avec les boulevards à nouveau pollués. Que la nuit est douce accompagnée d’un live nonchalant en toile de fond. Et l’on est ravi de sortir enfin, de poser ses fesses dans un espace ouvert, dans les allées et venues.

Ça fait de la foule? C’était risqué? Les Bains peuvent accueillir jusqu’à 1500 personnes, dont 300 pour la buvette et 100 pour les concerts. Disons que ce soir-là, le résultat s’est avéré plus organique que géométrique. «On veille, sourit le président de l’Association des usagers des Bains, Frédéric Favre. On vérifie, on s’informe des derniers cas de Covid-19. Tant qu’il n’y en a pas, on vit! Même pour un mois.»

Football news:

Giovane Elber: Lewandowski ist jetzt besser als Messi. Lionel ist ein Genie, aber in diesem Jahr ist Robert unerreichbar
In Minsk verhaftet Leiter der belarussischen Tribüne. Max, wir beide
Karl-Heinz Rummenigge: bei der FIFA wird ernsthaft über die Vergabe des Goldenen Balls nachgedacht. Ich will, dass Lewandowski gewinnt
Ein Barça-Spieler aus der Vorsaison hat sich mit dem Coronavirus infiziert
Malinowski hat sich in Italien zurechtgefunden: nach der Quarantäne erzielte er Lazio und Juve, vor Mertens, Higuain und De Ligt in der Rangliste der besten Spieler der Serie A
City ist bereit, Coulibaly einen Vertrag über 5 Jahre mit einem Gehalt von 10 Millionen Euro zu geben. Napoli will dafür 80 Millionen Euro.Manchester City arbeitet an einem Transfer von Verteidiger Kalido Coulibaly von Napoli
Bei PSG gibt es viele Verletzungen vor der Champions League (auch bei Tuchel!). Kehrer brach sich das Ohr, doch Mbappé erholt sich