Switzerland

Amérique latine: L’Équateur en état de choc après le «massacre» de 79 prisonniers

Des cadavres ensanglantés, certains décapités, empilés pour être brûlés: l’Équateur était mercredi horrifié par les violences survenues la veille dans plusieurs prisons en proie à une guerre des gangs, qui s’est traduite par 79 morts en cette seule journée.

Le dernier bilan a été établi mercredi à 79 morts.

Le dernier bilan a été établi mercredi à 79 morts.

AFP

Les violences meurtrières dans trois prisons équatoriennes relèvent «d’une extermination entre bandes criminelles», a déclaré le président Lenin Moreno, au lendemain de ce qu’il a qualifié de «barbarie». Jamais ce petit pays de 17,4 millions d’habitants, niché entre l’océan Pacifique, les montagnes des Andes et la jungle d’Amazonie, n’avait été confronté à une crise carcérale d’une telle dimension.

Une série d’émeutes et d’affrontements ont éclaté de façon simultanée mardi entre des gangs se disputant le contrôle des prisons à Guayaquil, Cuenca et Latacunga, villes qui concentrent 70% de la population pénitentiaire. C’est un «massacre sans précédent», a déploré le Défenseur du peuple, entité publique chargée de la protection des droits humains.

Le dernier bilan a été établi mercredi à 79 morts: 37 à Guayaquil, 34 à Cuenca et huit à Latacunga, selon le directeur du système pénitentiaire (SNAI), Edmundo Moncayo. D’autres détenus, ainsi que des policiers, ont été blessés, mais leur nombre n’a pas été précisé.

Troisième ville d’Équateur, avec 600’000 habitants, Cuenca était au sommet de l’horreur face aux révélations du procureur local Leonardo Amoroso: «Environ 18 cadavres ont été décapités et on a même tenté d’en brûler certains». Le gouvernement a attribué ces violences à une attaque coordonnée d’un gang de narcotrafiquants pour éliminer une bande rivale.

«Ce n’est pas un hasard. Cela a été organisé de l’extérieur des prisons et orchestré en interne par ceux qui s’en disputent le contrôle, ainsi que le trafic de drogue sur tout le territoire national», a ajouté le président Moreno.

Dans l’attente des corps

Devant la prison de Tori, Digna Pacho désespère de récupérer la dépouille de son fils, âgé de 33 ans. Jackson España, alias «El Chato», avait été transféré de la ville côtière d’Esmeraldas à Cuenca, afin d’y purger une peine rallongée à 35 ans pour un assassinat durant une mutinerie pénitentiaire.

Cette femme de 63 ans a voyagé quatorze heures. Assise sur le trottoir, grelottant de froid, elle a raconté à l’AFP que son fils avait appelé son avocate mardi parce qu'«on allait le tuer». «Je veux seulement récupérer le corps de Jackson et je rentre à Esmeraldas», ajoute-t-elle.

D’autres proches de détenus préfèrent garder le silence. Ana Arpi, vendeuse ambulante de nourriture, assure n’avoir jamais rien vu comme mardi: «Des gens au désespoir, des prisonniers sur la terrasse, des coups de feu dans tous les sens, des hurlements». Certaines personnes en visite, ajoute-t-elle, se sont enfuies prises de «panique parce qu’elles allaient se faire tuer. C’était de la folie!»

Les autorités ont fait état d’au moins quatre gangs opérant dans ces prisons: Los Pipos, Los Lobos, Tigrones et Chone Killers. Face à la crise, le président Moreno a ordonné un renfort de l’armée pour procéder au «contrôle d’armes, d’explosifs et de munitions aux abords des centres pénitentiaires 24 heures sur 24 et le temps que ce sera nécessaire».

Appel de l’ONU

Le bureau des Nations Unies en Équateur a demandé mercredi «une enquête rapide et impartiale» et a appelé à «sanctionner les responsables et à une gestion de la crise conforme aux règles de la Constitution et aux instruments internationaux relatifs aux droits humains».

Les autorités ont assuré avoir repris le contrôle des prisons. Lors d’une des opérations ayant suivi les affrontements à Guayaquil, «des armes à feu, couteaux, machettes, téléphones portables et drogues ont été saisis», a déclaré le procureur local Carlos Vaca. «Les armes ont été utilisées dans les agressions entre détenus», a-t-il ajouté.

L’Équateur compte environ 60 centres pénitentiaires d’une capacité de 29’000 places. Mais la surpopulation avoisine les 30%: 38’000 détenus, surveillés par 1500 gardiens alors que, selon des experts, il en faudrait 4000 pour un contrôle efficace.

Le gouvernement a tenté l’an dernier de contenir la violence carcérale en décrétant un état d’exception de trois mois afin de pouvoir déployer des militaires en renfort. Selon le Défenseur du peuple, il y a eu «103 assassinats» dans les prisons équatoriennes en 2020.

AFP

Football news:

Courtois über das 2:1 gegen Barça: Real zeigte, dass er kämpfen kann
Messi hat Real seit Mai 2018 nicht mehr getroffen
Zinedine Zidane: Real besiegt Barça verdient. Man kann nicht alles auf den Richter abschreiben
Ronald Koeman: Der Schiedsrichter hätte einen klaren Elfmeter setzen müssen. Aber Barça muss sich wieder abfinden Ich denke, wenn du das Spiel gesehen hast und du aus Barcelona kommst, bist du jetzt am Zug und unzufrieden mit den beiden Entscheidungen des Schiedsrichters
Sergi Roberto über den Fall Braithwaite: Überrascht, dass der Schiedsrichter sofort sagte, es sei nichts passiert. Wir haben bis zum Ende gekämpft. Real spielte sehr geschlossen, vor allem in der ersten Halbzeit. Am Ende hatten wir Pech, wir haben die Latte getroffen. Es ist sehr schade, ein Unentschieden wäre nicht das schlechteste Ergebnis für uns
Ex-Schiedsrichter Iturralde Gonzalez glaubt, dass es einen Elfmeter für Braithwaite gab. Anduhar Oliver glaubt, dass es keine Zwei Ex-Schiedsrichter gibt, die die Episode mit dem Sturz von Barcelona-Stürmer Martin Braithwaite nach einem Kontakt mit Real-Verteidiger Ferlan Mehndi bewertet haben. Nach Ansicht von Andujar Oliver gab es keinen Elfmeter. Iturralde Gonzalez glaubt, dass sich der 11-Meter-Schuss gelohnt hätte: Elfmeter. Der Spieler wird aus dem Gleichgewicht gebracht, wenn er läuft. In dieser Episode wird er aus dem Gleichgewicht gebracht, er bewegt sich in eine Richtung und er wird von der Hand gepackt
Casemiro bekam 2 gelb in einer Minute und verpasst Real Madrid Spiel mit Getafe