Switzerland

Alain Rosset: Luxe, calme et volupté

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève et dans notre Webzine. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs, sélectionnez la rubrique OPINION! Pour créer un blog, faites acte de candidature à [email protected].

Alain Rosset, président de l'ARAG: Luxe, calme et volupté

Ces mots prononcés par le président de l’association française pendante de L’ARAG (association des riverains de l'aéroport de Genève), l’AFRAG, en référence au poème de Baudelaire dans « l’invitation au voyage », traduit bien mon sentiment et mon vécu comme riverain de l’aéroport depuis l’état d’urgence décrété par le Conseil fédéral le 16 mars. J’habite une ancienne maison familiale située à une distance de 2,6 km à vol d’oiseau de l’aéroport et pratiquement dans l’axe. Autant dire que je vis avec les avions, d’ailleurs depuis des décennies. Cette situation particulière et unique, presque plus d’avions, ce calme ambiant me montre ce que pourrait être un mode de vie normal. (...) Bien sûr, je ne suis pas insensible aux convulsions du monde générées par cette pandémie mais je souhaiterais, pour paraphraser la parole multiprise d’Alain Berset, que « le retour à la normale » s’effectue aussi lentement que nécessaire et non aussi rapidement que possible.

Djemaâ Chraïti: C'est quoi être un vrai écrivain ?

La lecture immonde de la critique du Monde sur la sortie du dernier livre du Genevois Joël Dicker « L’énigme de la chambre 622 » me laisse sans voix ! Un fleuve d’injures sous des oripeaux de critique littéraire, or, un souvenir étincelant me revient; le poète solaire français, Saint-Pol-Roux, fuyant Paris - pour la forêt des Ardennes - , en 1898, et son snobisme avec des mots durs à l’égard des critiques : « Les trous-du-cul, ce sont maints critiques modernes. Ils ont deux fesses, disons faces, l’une de miel pour les faiseurs d’ignominie, l’autre de fiel pour les beaux gestes du génie. Les trous-du-cul ce sont maints critiques modernes. Et ce qui sort de ces princes en us lorsque grince l’anus qui leur tient lieu de bouche, quelquefois, c’est du vent, des crachats plus souvent, de la merde toujours. » Rien de nouveau sous le soleil ! Les lecteurs aussi se sentent atteints par une telle critique du quotidien français , c’est aussi avilir ce qu’ils apprécient et les faire passer pour de mauvais lecteurs. La vraie question, dans le fond, au-delà des prix que j’exècre ; haut lieu de copinage et de compromission, revoir l’affaire Gabriel Matzneff - largement soutenu par le journal le Monde celui-là même qui vient donner des leçons - et son Prix Renaudot, c’est quoi être un écrivain ? (...)

John Goetelen: Vie d’avant, vie d’après

La pandémie nous conduira-t-elle à une vie meilleure? C’est un mythe, éphémère, auquel un enfant, entendu dans un reportage, donne une réponse lumineuse. Pourquoi faudrait-il changer la vie? Avons-nous fait à ce point tout faux? Sommes-nous coupables de quelque chose dans l’apparition des virus et des grandes maladies? Je refuse cette idée. Je refuse l’auto-flagellation et toute idée de rédemption. La religiosité n’est pas une réponse raisonnable à la crise. Je pense d’ailleurs que la vie d’après le Cocovir ne sera pas très différente de celle d’avant. Cet enfant du reportage était questionné, avec sa famille, sur le passage en zone verte. Son désir: « Retrouver les copains, retourner à l’école, et que tout redevienne comme avant. » Que tout redevienne comme avant: cri du coeur lumineux applaudi par sa fratrie, expression d’un besoin d’avenir et de sécurité. Peu lui importe que des gens politiquement corrects comme Boris Cyrulnik affirment avec pénétration qu’il faut changer la vie et les relations sociales. (...)

----------

Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.

----------

Maurice-Ruben Hayoun: Mon ami Claude Goasguen nous a quittés…

L’évocation de ceux qui nous ont quittés est un devoir de mémoire. Cela nous rappelle à tous que c’est le destin immuable de l’humanité dans son ensemble, puisqu’elle est constituée plus par de morts que par des vivants. Nous sommes condamnés à être plus nombreux sous terre que sur terre. Je connais Claude depuis presque trente ans. Il venait d’être élu député du XVIe sud et à ce moment là Pierre-Christian Taittinger me l’a présenté. C’était le jour d’un colloque que j’organisais à la mairie. La salle des fêtes était pleine à craquer et le maire m’avait accordé l’insigne faveur de donner une conférence mensuelle dans la salle des mariages. Ce que je continue de faire puisque après l’élection de Claude comme maire de l’arrondissement, il a maintenu cette activité culturelle qui n’était pas centrée autour du judaïsme exclusivement mais traitait de l’histoire des idées, des relations entre la philosophie et la religion, sans oublier les grandes figures de l’histoire intellectuelle allemande, mais aussi française. Mais le jour où Claude était assis à la tribune entre moi et Pierre-Christian, on traitait de la philosophie de Maimonide, grande figure de la scolastique juive et européenne du XIIe siècle. Claude est resté jusqu’au bout, est intervenu pour nous complimenter et depuis ce jour mémorable, nous sommes devenus amis. (...)

Pascal Holenweg: Nouvelle Municipalité et urgence sociale

Revenant sur les images des files d'attente de la distribution, le samedi aux Vernets, des sacs de denrées alimentaires et de produits de première nécessité (ils sont près de 3000, désormais, à devoir y recourir) Ruth Dreifuss, estime (comme nous) que "donner de la visibilité à la pauvreté est une bonne chose", puisque cela rend visibles les problèmes qu'on a mis "sous le tapis" pour ne pas avoir à les résoudre. Et puis, ces files de gens "qui attendent des heures pour obtenir des aliments de base (...), cela montre la valeur que notre société leur accorde. Elle considère que leur temps ne vaut rien ou peu". (...) On estime qu'à Genève jusqu'à 3500 personnes passent entre les mailles, assez lâches, du "filet social" - celui des aides publiques. Un projet de loi cantonale urgent, élaboré par Thierry Apothéloz en concertation avec les partenaires sociaux, prévoit la création d'un fonds d'urgence doté de 15 millions de francs pour indemniser à raison de 80 % de leurs revenus les personnes qui en ont perdu une partie ou la totalité du fait de la pandémie - et d'entre ces personnes, outre les livreurs, les employées de maison, les intermittents du spectacle, les travailleuses du sexe, on comptera précisément celles et ceux qui doivent recourir aux sacs de nourriture de la Caravane de la Solidarité. Pour obtenir cette aide, plafonnée à 5880 francs par mois chômé, il suffirait (si l'on peut dire) de résider à Genève, même sans statut légal, et d'y avoir exercé une activité lucrative, même non déclarée. C'est un peu le modèle "Papyrus" (...)

Rémi Mogenet: David Lynch et les révoltes de Dame Nature

Pendant le confinement lié au coronavirus, David Lynch, interviewé, a brièvement fait savoir que pour lui la pandémie était issue d'une révolte de Mère Nature, à laquelle on faisait trop de mal, et que les confinés devaient méditer, ou s'adonner à l'écriture d'un poème, ou une autre activité artistique. En plus simple, il reprenait, dans les grandes lignes, ce que Rudolf Steiner disait des pandémies en général – mais qu'il n'a dit que dans diverses conférences, à différentes époques de sa vie. L'article auquel je faisais allusion l'autre jour rassemblait diverses indications disséminées. Cependant David Lynch n'a pas l'habitude d'entrer dans le détail ésotérique des choses, il préfère les suggérer – refuse de les dire explicitement. Il laisse la possibilité, dans ses films, que même les esprits qui possèdent des êtres humains et les font mal agir soient de simples allégories – tout en affirmant que les univers qu'il crée sont bien réels. En introduction d'un épisode de Twin Peaks (...)

Daniel Warner: Who Got the Virus Right?

Now that Covid-19 seems to be receding, it’s time for second guessing to start judging how world leaders reacted. “Could have, should have” will fill the headlines in the next weeks. Ratings will come forth, there will be positive and negative ledgers. Prime Minister Jacinda Ardern was perfect in New Zealand; Taiwan’s Vice-President reacted swiftly and effectively; Dr. Anthony Fauci became the darling of the Left in the United States. On the opposite side, Trump’s delays cost 36,000 lives. Brazilian President Bolsonaro and Russian leader Putin got it all wrong as did the health authority in Sweden whose bet on herd immunity does not appear to have paid off in the short run. These judgments are not like reviewing a professional football team’s tactics on the Monday after Sunday’s game, known in the U.S. as “Monday morning quarterbacking.” They are more like reviewing generals’ tactics in war. Lives were at stake. (...)

Rodolphe Weibel: Deux pétitions

L’association Genève Route et Rail vient de déposer deux pétitions auprès du Grand Conseil. La première s’intitule Pour le raccordement du Léman Express à l’aéroport. Elle demande que tout soit mis en œuvre pour permettre au plus tôt au Léman Express de rejoindre Genève-Aéroport, seconde gare du canton, sans rebroussement ni nécessaire transbordement des voyageurs à Cornavin. La seconde, Pour un traitement cohérent et transparent de l’infrastructure ferroviaire, demande que les deux projets de loi essentiels pour l’avenir ferroviaire du canton, PL 12525 (Crédit d’étude pour la prolongation des voies CFF de l’Aéroport de Genève en direction de Lausanne, dite «la boucle») et PL 12553 (Modification de la loi sur le réseau des transports publics), fassent l’objet d’un traitement conjoint par le législatif cantonal. Il serait en effet pour le moins troublant que l’étude de la boucle soit traitée avant même que la « modification de la loi sur les transports publics », qui comprend une modification du « Plan directeur du réseau sur rail » le soit. Généralement, les plans directeurs précèdent les dispositions d’exécution. (...)

François Baertschi: Nouvelle ”escroquerie” politique au Covid19

(...) Croire que l'on peut avec des pots de peinture se protéger d'une épidémie du Covid au moyen de gigantesques pistes cyclables (qui font dans l'art abstrait le plus abouti) et imaginer qu'un banal vélo protège mieux qu'un masque chirurgical relève du délire éveillé. On découvre qu'un quarteron de nouveaux conseillers administratifs a trouvé ainsi le moyen de donner libre cours à sa créativité. Il faudra juste inventer un atelier créatif de "pâte à sel" ou "pâte à nouilles" plutôt. Décidément, ça ne vole pas très haut dans nos communes genevois, ce qui explique le taux de participation catastrophique des dernières élections municipales. Mais il y a plus grave. (...)

Football news:

Pep Guardiola: ich Will, dass Messi in Barcelona bleibt
Kike Setien: Natürlich können wir die Meisterschaft gewinnen. Darüber sprechen Fakten und Mathematik
Bartomeu über Messi: wir sind verpflichtet, den Vertrag zu verlängern. Leo hat mir gesagt, dass er seine Karriere bei Barça beenden will
Chelsea ist bereit, Havertz 8 Millionen Euro pro Jahr zu zahlen und wird bald mit Bayer verhandeln
Lukomski-über die Krise in Barcelona: Bartomeu hat die Netze eingewechselt, Star-Senatoren verhängen den Trainern Taktik
Barça-Präsident: VAROUFAKIS ist unfair. Nach dem Neustart gibt es Lösungen, die dem einen helfen und dem anderen Schaden
Real will Mbappé 2022 kostenlos Unterschreiben. Der Abo-Bonus beträgt 100 Millionen Euro