Switzerland

Afrique: Les pillages de masse se multiplient au Nigeria

Le Nigeria est secoué par une contestation populaire depuis deux semaines, qui semble être en train de se transformer en «émeutes de la faim».

People carry bags of food on their heads during a mass looting of a warehouse that have COVID-19 food palliatives that were not given during lockdown to relieve people of hunger, in Jos, Nigeria, on October 24, 2020. - Nigeria, with 200 million inhabitants, counts the highest number of extreme poverty in the world, with close to 90 million inhabitants who are at food risk. (Photo by Ifiok Ettang / AFP)

People carry bags of food on their heads during a mass looting of a warehouse that have COVID-19 food palliatives that were not given during lockdown to relieve people of hunger, in Jos, Nigeria, on October 24, 2020. - Nigeria, with 200 million inhabitants, counts the highest number of extreme poverty in the world, with close to 90 million inhabitants who are at food risk. (Photo by Ifiok Ettang / AFP)

AFP

Malgré la répression et les appels au calme, les pillages de masse se répètent au Nigeria, après deux semaines de soulèvement populaire. Le mouvement semble se transformer peu à peu en «émeutes de la faim» dans le pays le plus peuplé d’Afrique.

Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux ont choqué le Nigeria samedi. Elles montraient le pillage d’un entrepôt de nourriture à Jos, dans le centre du Nigeria, où étaient stockés des dizaines de milliers de sacs de céréales, de riz ou des paquets de pâtes, destinés à être distribués à la population pendant le confinement du coronavirus en mars et avril dernier.

Des foules compactes de gens ont escaladé l’entrepôt pour récupérer de la nourriture. Quelques heures plus tard, il n’en restait plus rien. La population s’était non seulement enfuie avec tous les sacs de céréales, mais avait aussi arraché la tôle du toit et enlevé les éclairages, selon un journaliste de l’AFP sur place. «Pendant le confinement, nous avions faim et ils cachaient la nourriture!» s’est exclamé Mafeg Pam, une habitante de Jos. «Quel genre de gouvernement avons-nous? Nous sommes faibles et beaucoup meurent de faim.»

Plusieurs villes touchées

Dans plusieurs villes du pays, les pillages de masse se poursuivaient samedi, comme à Ede, dans l’État d’Osun (sud-ouest), où plusieurs milliers de personnes ont également envahi et pillé un immense entrepôt de nourriture bloquant toute circulation dans la ville vendredi, selon un témoin contacté par l’AFP. Des maisons de politiciens locaux ont été vandalisées dans plusieurs États, dont celui de Calabar dans le sud-est.

Le Nigeria, premier producteur de pétrole d’Afrique de 200 millions d’habitants et réputé pour être l’un des pays les plus corrompus au monde, est secoué par une contestation populaire. Cette dernière est née à Lagos il y a deux semaines suite à des violences policières qui ont ensuite dégénéré en mouvement contre le pouvoir. Selon Amnesty International, au moins 56 personnes ont été tuées dans tout le pays depuis deux semaines de soulèvement.

ATS/NXP

Football news:

Haben Sie die Figur gesehen, die Sie zeichnen wollten? November Passagiere des Fluges VictoryMoskau-Jekaterinburg flogen am Bestimmungsort mit 20-Minuten-Verspätung von-für solche Kurven über Neftekamsk
Azpilicueta zum Spiel Ort: Chelsea will immer sein Verein die Nummer 1 in London
Tebas über Messi: ich Möchte Leo in La Liga genauso sehen wie Mourinho, Pep, Klopp, Ronaldo
Abschied von Maradona in Argentinien: es gab nur Angehörige, die neben Ihren Eltern beerdigt wurden
Maradona wurde in der Nähe von Buenos Aires neben seinen Eltern begraben
Mourinho über Maradona: Seinen Fußball können wir bei Google finden, aber Diego wird es dort nicht finden. Ich vermisse ihn
Fabio Capello:gegen solch ein mittelmäßiges Real Madrid hätte Inter auch besser spielen können